Pratiquer le Non Jugement pour se Libérer de la Critique

()

Aujourd’hui je t’invite à une expérience un peu « folle ».

Je t’invite à transformer la relation que tu entretiens avec toi-même et avec les autres.

Et cela, en t’entraînant à pratiquer le non jugement au quotidien, et à augmenter ainsi ton niveau de bonheur et de liberté.

Si tu te demandes en quoi consiste le non-jugement, et s’il est vraiment possible d’arrêter de juger et critiquer les gens et soi-même, alors cet article est fait pour toi.

Je te partage mon approche de cette attitude profondément libératrice.

Cet article a été écrit dans le cadre de mon Challenge de 32 articles inspiré de la philosophie de l’auteure à succès Louise Hay, pour transformer positivement nos vies.
👉 Clique ici pour découvrir ce challenge et voir la liste des articles de la série.

Le poids de la critique et du jugement

Comprendre la notion de jugement

Comme nous l’avons vu dans l’épisode n°9 de cette série, la critique fait partie des quatre principales familles de blocages psychologiques inconscients qui nous empêchent de nous épanouir librement, et de devenir la personne que nous voulons profondément être.

Pourtant, la critique n’est pas nécessairement une mauvaise chose en soi.

Elle est simplement le résultat de l’évaluation que nous faisons d’une personne, d’une idée, d’une chose ou d’une situation, dans le but de formuler un jugement ou une opinion.

Autant dire que la critique fait intégralement partie de nos vies !

En effet, à chaque fois que nous émettons un avis ou une opinion, nous avons préalablement porté un jugement.

Alors est-ce vraiment possible d’arrêter de porter de jugement ?

En fait… oui et non !

Quel est le problème avec la critique et le jugement ?

Comme pour nos affirmations qui peuvent être positives ou négatives, il en est de même pour nos jugements.

Une critique peut être constructive et exprimer un jugement plein d’amour ou de bienveillance.

Ex : « Tu as une excellente écoute active. Les personnes se sentent vraiment entendues et comprises lorsqu’elles s’adressent à toi. »

Et à l’inverse, une critique peut être destructrice et exprimer un jugement rempli de peur ou de méchanceté.

Ex : « Tu es trop émotif(ve). Tu devrais être plus fort(e) et ne pas laisser tes émotions te contrôler. »

Le vrai problème ne vient donc pas du fait de critiquer ou de juger, mais vient plutôt de l’intention et de l’état d’esprit de la personne qui juge !

De plus, il est intéressant de prendre conscience du fait qu’une critique ou un jugement s’établit sur la base de critères subjectifs : croyances, valeurs, préjugés, règles morales, lois, normes…

Par conséquent, un jugement ne constitue pas une vérité !

C’est simplement un avis donné par une personne ou un groupe de personnes, par rapport à un contexte donné, et surtout par rapport à leur propre identité.

Donc un jugement en dit davantage sur la personne qui juge,
que sur la chose ou la personne qui est jugée ou critiquée.

La critique négative fait du mal autant aux autres qu'à soi-même

Des schémas inconscients qui nous sabotent

Les critiques et jugements négatifs peuvent ainsi avoir un impact néfaste sur le bien-être émotionnel et mental, à la fois pour la personne qui les émet et pour celle qui les reçoit.

Cette attitude enferme dans un cycle infernal qui crée toujours plus d’attentes, d’exigences et d’insatisfactions :

Plus on reçoit de critiques négatives (souvent depuis l’enfance), plus on a tendance à être critique et à se juger soi-même et les autres avec sévérité.

De façon répétée, notre estime de soi se trouve ainsi ébranlée, nous pouvons ancrer des croyances irrationnelles sur notre valeur personnelle et nos capacités, et développer une dépendance excessive à la validation et l’approbation des autres.

Ces formes de schémas limitants peuvent entraver ta confiance en toi, ta motivation et ta capacité à oser exprimer certains aspects de toi, et à t’épanouir pleinement.

Les critiques n’ont jamais apporté de changements positifs.
Au contraire, les modifications basées sur des reproches deviennent automatiquement négatives.
Alors refusez de vous critiquer, et acceptez-vous
exactement tels que vous êtes.

Louise HAy

Face à ces effets néfastes de la critique et du jugement, voyons comment la pratique du non jugement peut s’avérer efficace pour se libérer de ces souffrances, et entretenir un rapport à soi et au monde qui soit plus positif et aidant.

Le non jugement définition

Peut-on vivre sans jugement ?

A ce stade tu l’as sûrement compris, mon approche du non jugement est plutôt pragmatique :

Vivre sans jugement équivaudrait à
vivre sans opinion…

En partant de ce principe, il est peut-être possible de vivre sans jugement, si tu prévois de t’isoler sur une île déserte ou dans un monastère perché au sommet d’une montagne ! 😅

Plus sérieusement, le jugement est une tendance naturelle de l’esprit humain, et il peut être difficile de vivre totalement sans jugement dans nos sociétés modernes.

En tant qu’être humain, nous avons la capacité innée de percevoir, d’évaluer et de formuler des opinions sur les choses qui nous entourent.

Par conséquent, il me semble plus réaliste de définir le non jugement comme le fait de développer une relation plus harmonieuse avec nos jugements et critiques,
pour arrêter de les subir, et choisir de les mettre au service de notre bien-être
et de nos interactions bienveillantes avec les autres.

L’adoption d’une attitude de non jugement

Adopter une attitude de non-jugement, consisterait alors à apprendre à percevoir les choses de la façon la plus neutre possible.

La chose observée n’est alors ni positive, ni négative.

Elle est simplement telle qu’elle est… et c’est parfait !

En ce sens, le non jugement se rapproche de l’acceptation inconditionnelle.

Dans la pratique de la pleine conscience et dans diverses approches de la relation d’aide, le non jugement est souvent encouragé pour favoriser la conscience du moment présent, sans s’encombrer de jugements subjectifs.

Il s’agit alors d’observer les pensées, émotions, et sensations corporelles, et d’accueillir les événements avec une attitude d’ouverture, de curiosité et de bienveillance, sans chercher à les évaluer comme étant bons ou mauvais.

En choisissant consciemment d’adopter une attitude de non jugement, tu t’autorises à prendre du recul, et à te détacher de tes schémas de pensée automatiques limitants.

Cette attitude plus consciente te permet de cultiver :

Le non jugement nous permet ainsi de nous détacher de la critique, pour développer un amour inconditionnel envers nous-même et envers les autres.

Le jugement crée de la rigidité et de la séparation, alors que le non jugement crée de la fluidité et de l’unité.

Cette attitude est donc précieuse et nous aide à améliorer notre bien-être émotionnel et mental, tout en favorisant notre croissance spirituelle.

Passons maintenant de la théorie à la pratique, et voyons comment adopter cette attitude de non jugement au quotidien.

Pratiquer le non jugement pour gagner en liberté et en sérénité
Pratiquer le non jugement pour gagner en liberté et en sérénité

Comment pratiquer le non jugement ?

Accepter de juger…

Oui, je comprends ton étonnement ☺️

Tu aimerais apprendre à arrêter de juger, et je te recommande de commencer par accepter de juger.

Il me semble pourtant important de placer ce conseil en première position, pour que ta démarche de transformation reste constructive.

En effet, il serait dommage que tu te juges négativement au sujet de tes tentatives de non jugement…🙃

Alors je préfère te le dire, ne t’attend pas à transformer ta manière de regarder le monde en un claquement de doigt !

Rappelle-toi que le non jugement est une compétence qui nécessite d’être patiemment développée avec du temps et de la pratique. Accorde-toi donc de l’amour et de la bienveillance lorsque tu te surprends en train de juger sévèrement.

De plus, certaines de nos relations sont parfois construites sur le jugement, et nous poussent à avoir un avis sur tout et sur tout le monde…

Alors comment faire ?

Couper les ponts avec toutes ces personnes n’est certainement pas la solution.

En revanche, il est tout à fait possible de nuancer progressivement tes opinions, en amenant par exemple davantage d’empathie, de tolérance et de sagesse dans ton discours.

Mantra

C’est un point de vue intéressant.

Comme dans la pratique de la pensée positive, l’important est de persévérer dans ton intention d’adopter une attitude plus consciente et plus bénéfique à ton évolution.

Et cette simple intention consciente suffit à favoriser
une bonne partie du travail de transformation !

Prendre conscience de ses jugements

Le second point consiste à observer attentivement ce qui se passe en toi, pour prendre conscience des moments où tu juges les autres ou tu te juges toi-même.

Identifier tes pensées, tes émotions agréables ou désagréables, et tes réactions automatiques qui impliquent des jugements de valeur.

Et chercher à accueillir et accepter ces observations, sans juger le jugement ! 😅

Parce que comme nous l’avons vu au début de cet article, chacun de tes jugements, sur toi ou sur les autres, a de précieuses informations à t’apporter sur qui tu es :

  • Ce que tu crois vrai ou obligatoire
  • Ce qui est important pour toi
  • Ce qui te fait peur et ce dont tu as besoin
  • Les limites que tu te fixes
  • Les traits de caractère ou comportements que tu ne t’autorises pas
  • Etc

Grâce au concept psychologique de l’effet miroir, chaque jugement que tu portes se révèle être une vraie mine d’or, lorsque tu t’entraînes à l’observer.

Mantra

Que puis-je apprendre de cette observation ?

Développe ainsi une douce curiosité face à tes propres réactions, en ayant conscience que tout ce que tu condamnes chez l’autre, tu le condamnes aussi, et surtout, chez toi-même !
Ce niveau de conscience t’aidera naturellement à évoluer vers
plus de nuances et de tolérance.

Accueillir pleinement l’instant présent

La pleine conscience, c’est être présent.e dans l’ici et maintenant, sans jugement.

Développer ta pratique de la méditation de pleine conscience, peut t’aider à renforcer ta capacité à observer les personnes et les choses telles qu’elles sont, sans y ajouter de critiques ou de jugements.

Une bonne technique pour t’initier à cette pratique, c’est de t’efforcer à décrire ce que tu observes en toi et autour de toi.

Tu peux le faire mentalement, à l’écrit, à l’oral ou en utilisant l’art qui te parle le plus.

Poser ton regard sur ce qui se passe à l’intérieur de toi, essayer de voir les choses du point de vue des autres pour mieux comprendre leurs actions et leurs perspectives, et laisser émerger les pensées et émotions, ressentir les sensations physiques, et cela sans les juger.

Mantra

C’est ainsi.

Simplement accepter et aimer ce qui est.
Tu te doutes bien qu’en étant focalisé.e de la sorte sur ce qui se joue en toi et autour de toi à cet instant, tu seras naturellement moins disposé.e à critiquer ! 😎

Faire preuve de gratitude

Certains diront que la gratitude n’est pas compatible avec le non jugement, puisqu’elle nous invite à focaliser notre attention et à apprécier le positif en nous et autour de nous.

C’est une façon de voir les choses !

Cependant, la gratitude offre de nombreux bienfaits pour te détacher du besoin de juger négativement :

  • Augmentation de ton niveau de satisfaction personnelle.
  • Réduction de la tendance à te comparer aux autres.
  • Augmentation de ton empathie et de ta compassion envers toi-même et envers les autres.
  • Développement de l’acceptation inconditionnelle de ce qui est, comme étant parfait.
  • Etc
Mantra

Merci.

La gratitude et le non jugement sont ainsi deux pratiques qui se nourrissent mutuellement, permettant de cultiver une attitude bienveillante et ouverte envers soi-même et les autres.

Se focaliser sur ses objectifs

Le dernier point sur lequel je souhaite insister ici est le suivant :

Pourquoi souhaites-tu te libérer de la critique ?

Qu’est-ce que le non jugement va te permettre d’être, de faire ou d’avoir plus librement ?

Il me semble important de revenir à ce POURQUOI pour donner du sens, et donc du poids, à ta démarche de transformation.

Que tu souhaites te libérer de souffrances psycho-émotionnelles ou physiques, apprendre à t’aimer, gagner en confiance en toi ou encore atteindre un certain niveau de réussite personnelle ou professionnelle, tu aspires à plus de satisfaction et de bonheur.

Et c’est une très bonne nouvelle !

Car plus tu es concentré.e sur ton objectif, moins tu es tenté.e par le fait de juger ou de te comparer aux autres.

Tu acceptes plus facilement les choses telles qu’elles se présentent à toi, et tu parviens à en voir les bénéfices cachés pour créer de nouvelles opportunités d’aller dans le sens de tes priorités.

Mantra

Qui je choisis d’être à travers cette situation ?

Alors choisis de cultiver ton attitude de non jugement en canalisant ton énergie sur la fréquence de ce que tu désires vivre.

La pratique du non jugement est un processus de transformation et de libération que je t’encourage à mener avec confiance et amour, car comme le dit l’auteure Louise Hay :

Soyez aimant envers votre négativité. Aimez votre négativité !
Vous avez créé chacun de vos modèles négatifs, vos habitudes négatives.
Tout ce qui est dans votre vie remplit un besoin, et cela a fonctionné !
Tout le monde a fait des choix négatifs par le passé. Toutefois, personne n’est prisonnier de ceux-ci.
La bonne nouvelle est que vous avez toujours le choix. Vous pouvez choisir de nouveau.
Vous pouvez toujours choisir d’écarter le vieux schéma pour choisir une pensée différente, plus motivante et énergisante !

Vidéo : 3 idées d’exercice pour pratiquer le non jugement

Dans cette vidéo je te propose 3 exercices de non jugement, pour 3 façons différentes de t’entraîner à pratiquer le non jugement de manière fluide et authentique.

💬 Alors dis-moi, as-tu envie d’essayer d’adopter une attitude de non jugement dans ton quotidien ?

Et tu es libre de poursuivre ta lecture avec l’article suivant de cette série.

Tu as aimé cet article ?

Je suis navrée que cet article n'aie pas répondu à tes attentes 🙁

Comment pourrais-je l'améliorer ?

Pour aller plus loin….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 Commentaires

  1. Superbe article !

    De bons conseils pour pratiquer ce tu appelles le « non-jugement », que tu definis si bien (à mon sens). 🙂

    J’ai apprécié le lire. Je vais en retirer, avant tout, de regarder les choses avec neutralité.

    A très bientôt Nicaise !

    Rahner.

    1. Merci beaucoup Rahner !
      Heureuse que tu ais apprécié mon approche du non jugement 🌞
      Tout à fait, entraînons-nous à accepter les choses telles qu’elles sont, pour gagner en sérénité et faire l’expérience de nos désirs avec plus de fluidité et de joie.
      Merci à toi 🤗